Le financement comme vecteur de croissance

Toutes les entreprises ont besoin de financements, quels que soient les postes de dépense et le but : assurer un équilibre financier, développer son département de R&D, se démarquer sur un marché, soutenir la croissance de l’entreprise via de l’acquisition marketing... Alors quels sont les différents types de financement qui s’offrent aux start-ups ? Quelles en sont les modalités ? Comment s’assurer que chaque poste de dépense correspond au financement le plus adapté ? À votre marque, empruntez, partez (et gagnez sur votre marché) !

Toutes les entreprises ont besoin de financements : pour recruter des personnes qualifiées, étendre leur marché, investir dans la R&D ou bien dans leur produit… Le financement est la clé, on est d’accord. Pour garder totalement ou partiellement son indépendance financière, il est primordial de diversifier ses sources de financements. Certaines de ces ressources vont servir à assurer un équilibre financier, d’autres à développer son département de R&D et se démarquer sur un marché, tandis que d’autres ressources vont soutenir la croissance de l’entreprise via l’acquisition marketing.

Alors quels sont les différents types de financement qui s’offrent aux start-ups ? Quelles en sont les modalités, pour les financeurs (en matière de risque) comme pour ceux qui bénéficient de ces financements (en matière de garantie) ? Surtout, comment s’assurer que chaque poste de dépense correspond au financement le plus adapté?

On vous a fait une liste des principales méthodes de financement à disposition des entreprises du numérique. Vous y verrez plus clair sur l’adéquation d’une méthode de financement plutôt qu’une autre. À votre marque, empruntez, partez (et gagnez sur votre marché) !

Le B.A.-BA : l’apport en fonds propres des associés

Première solution de financement, elle implique que chacun des associés/fondateurs de la startup engage une partie de ses fonds personnels dans le projet. Limité, ce type de financement est néanmoins important, puisqu’il permet de constituer des fonds propres qui rassureront ensuite les autres investisseurs.

Les subventions, cruciales pour vous lancer

Il existe tout un tas de subventions, régionales ou nationales (regardez du côté de la Banque Publique d’Investissement), qui vous aideront à démarrer. Véritable mine d’or d’informations, Bpifrance a listé les principales subventions accessibles aux startups ici. Pensez également aux concours d’innovation organisés par les différents acteurs de l’écosystème.

L’emprunt bancaire, idéal pour financer vos biens durables

La première solution de financement pour un entrepreneur est la dette bancaire

Étudions brièvement les mécanismes sous-jacents à ce mode de financement. Traditionnellement, lorsqu’un banquier prête de l’argent à une entreprise, il négocie un taux d’intérêt et s’assure que le risque est limité. On parle de collatéral, qui peut prendre la forme d’un bien (par exemple, un entrepôt) que le banquier va saisir au cas où l’entrepreneur serait incapable de le rembourser.

Le risque du banquier est certes limité, mais ses gains le sont aussi : s’il sait exactement combien il peut perdre et comment se prémunir contre cette éventualité, le banquier connaît aussi le montant du bénéfice réalisé grâce à cette opération. Dans le cas de Facebook par exemple, la banque qui aurait prêté de l’argent à Mark Zuckerberg à ses débuts ne pourrait en aucun cas prétendre profiter des bénéfices exponentiels que la startup a réalisés à partir de 2009.

À risque limité, gains limités donc.

Dette bancaire : risque limité (collatéral), gains limités
À risque limité, gains limités donc.

Les limites de ce type de financement pour les start-ups…

Comme nous l’avons remarqué dans un article consacré aux limites du prêt bancaire, ce type de financement n’est pas toujours le plus adapté aux start-ups. En effet, le métier du banquier consiste à évaluer le risque et à s’en prémunir.

Prenons l’exemple d’un industriel qui voudrait financer l’achat d’une machine. Il va voir son banquier qui lui propose un prêt avec un taux d’intérêt associé. Adossé à ce prêt, il y a un collatéral évident : la machine en question. En cas de défaut de remboursement, le banquier pourra toujours saisir la machine, qui se déprécie dans le temps, mais qu’il pourra tout de même revendre.

Contrairement à l’industriel, les start-ups du digital n’ont pas d’actifs physiques à mettre dans la balance pour rassurer la banque. Que vous soyez une entreprise SaaS ou un acteur du e-commerce, si vous souhaitez financer vos investissements et divers postes de dépense, il va être difficile de proposer au banquier un sous-jacent ou une garantie tangible.

Pour preuve, le financement par prêt bancaire ne constitue que 3,2 % des ressources budgétaires des start-ups d’après une étude de PwC (European Start-up Survey, 2019).

Mais alors, quelles sont les alternatives ?

La levée de fonds en equity, importante pour accélérer sa croissance, recruter et développer sa R&D

Autre solution alléchante pour les startups : la levée de fonds ou Venture Capital (VC). Le principe est simple : l’investisseur prend le risque d’investir dans votre entreprise en injectant des fonds au capital. En contrepartie d’un pourcentage de cette entreprise fixé bilatéralement, l’investisseur détient certains droits, on parle de dilution du capital. Le risque est plus élevé, alors les attentes de de rentabilité le sont également avec un gain non capé.

Alors, l’investisseur attend une forte rentabilité du projet. Avec une levée de fonds, on s’attend à ce que l’entreprise financée devienne leader sur son marché et réalise une hypercroissance très rapidement. Ce type de financement est par nature très risqué, car l’investisseur peut perdre tout ce qu’il a investi. La levée de fonds est une démarche très longue pour l’entrepreneur (plusieurs mois) et pas forcément adaptée à chaque entreprise.

 Une des contre-parties au risque pris par les investisseurs en VC est la dilution du capital de l'entreprise
Une des contre-parties au risque pris par les investisseurs en VC est la dilution du capital de l'entreprise

Comment utiliser au mieux ces fonds ?

Les fonds octroyés lors d’une levée de fonds en equity doivent servir à investir dans des projets long terme. Le retour sur investissement (ROI) ne sera pas immédiat, ou même certain. Typiquement, les recrutements Tech et Produit, la R&D, ou l'acquisition marketing qui sont des dépenses qui mettront du temps avant de générer des revenus. Pour autant, ces investissements constituent ce qui doit permettre à votre entreprise de se développer de façon exponentielle — c’est d’ailleurs précisément ce que cherchent les investisseurs. En effet, de telles dépenses ne sont pas risquées, puisqu’elles génèrent, pour les business web, des revenus certains et de façon quasi mathématique.

Lors d’une levée de fonds, on voit souvent les entreprises consacrer 20 à 30 % en moyenne des fonds levés à l’acquisition marketing — alors qu’ils seraient plus cohérent d’investir dans les opérations de ressources humaines, opérationnelles, dans le développement Tech/Produit. La dépense marketing est essentielle pour faire évoluer son activité et son portefeuille de clients proportionnellement aux coûts qui lui sont inhérents.

Dans les faits, la levée de fonds en equity ne concerne que très peu de start-ups de par les nombreux critères qu’elle nécessite, le temps qu’elle prend, et la dilution qu’elle engendre. Alors, beaucoup de demandeurs, peu d’élus.

Que votre entreprise ait pu lever des fonds ou non, le mix de financement s’impose. Pensez à l’expression qui rappelle de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. En effet, en complément des méthodes de financement déjà mentionnées, le Revenue-Based Financing (RBF) vous permet de dégager immédiatement les fonds pour financer vos dépenses au ROI immédiat, comme par exemple, l’acquisition digitale ou l’achat de stocks. Le ROI se situe aussi dans le temps dégagé que vous pouvez alors allouer à la croissance de votre entreprise.

Le Revenue-Based Financing, optimal pour financer vos dépenses récurrentes

Le Revenue-Based Financing (RBF) se fonde sur l’analyse métrique des start-ups

Les acteurs du RBF, comme Silvr, comprennent alors les enjeux de ces start-ups. Cette méthode de financement s’ancre sur vos datas pour qu’il n’existe aucun biais. Alors, tous types d’entrepreneurs peuvent se financer avec le RBF. Cette stratégie data-driven ne se base en effet que sur vos performances, et non un milieu social, une localisation géographique, ou même si l’entrepreneur est une femme, un homme, un novice ou un mulit-entrepreneur chevronné… À titre de comparaison : Silvr finance plus de 35 % d’entreprises (co)fondées par des femmes, contre moins de 5 % pour les Venture Capital.

Attention, le risque existe encore, évidemment, cependant, via ces algorithmes de scoring performants et fiables, Silvr est capable de déterminer le ROI que génère un euro investi en marketing (ROAS) par exemple. Comme la banque qui prendrait la machine comme collatéral, Silvr prend comme sous-jacent au financement le revenu que vous allez générer dans le futur grâce à vos investissements présents. Silvr prédit qu’en vous délivrant immédiatement du coût de l’acquisition, du poids financier des stocks, ou bien même en vous avançant les revenus récurrents (sous forme d’abonnement), votre activité devrait croître dans une certaine proportion que vous soyez un acteur SaaS, un e-commerce, une DNVB ou une marketplace. Tous ces entrepreneurs du numérique ont la capacité d’acquérir, et donc de retenir, et par la force des choses connaître une croissance.

Avec Silvr, accédez à vos revenus récurrents (mensuels, trimestriels...) immédiatement !
Avec Silvr, accédez à vos revenus récurrents (mensuels, trimestriels...) immédiatement !

Sans garantie ni dilution !

Il vous est donc possible, dès aujourd’hui, de profiter d’un financement accordé en 48 heures, dans le but d’accélérer votre croissance. Et ce, de manière récurrente, puisque nous refinançons nos clients dans 99 % des cas. En connaissant une croissance inatteignable sans cette avance de trésorerie, Silvr vous donne à nouveau le moyen de croître pour continuer à vous adapter à votre marché. On vous accompagne et on s’adapte à chaque étape de votre évolution.

Pour conclure, nous avons vu que chaque mode de financement avait une temporalité et un niveau de risque associé. Loin d’être exclusifs, les modes de financement listés peuvent se combiner pour décupler la capacité d’investissement de l’entreprise. En choisissant pour chaque dépense le mode de financement le plus adapté, le CFO et l’entrepreneur se donnent réellement les moyens de réussir.

- Published
August 6, 2022
Partager cet article
Newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez tous nos conseils et dossiers experts pour donner une nouvelle dimension à votre business
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

On est très (très) bavards, et malheureusement un blog ne nous suffit pas
Suivez-nous sur LinkedIn  pour ne rien louper de notre actualité

Suivre notre actualité

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

Take your business to the next level

We’ve got you covered. Get in touch with us.
Get in touch
ellipse jaune